08 janvier 2007

et vint

evin

un paysage dévasté

on arrête de fumer dans les chaumières et le froid s'immisce

courageux voyageur pur et laid tant il touche l'âme

rassemblés près de l'âtre

on crie au loin une faible litanie sort heurte nos lèvres sèches

un train sectionne la pièce en 2 rings identiques

on choisit son camp sans lâcher le voyageur des yeux -difficiles à tenir des paupières tant ils luisent-

un coup de cuillère projette le plus lent vers l'âtre rassurante

qui s'éteind soufflée par la violence du projectile amoureux

la morte fumée emporte avec elle le crépuscule des respirations

épaisse

Posté par lisoa à 23:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur et vint

Nouveau commentaire